Stallergenes Greer, la fin du cauchemar ?

Stallergenes est un laboratoire pharmaceutique français spécialisé dans le traitement des maladies allergiques respiratoires par immunothérapie allergénique (prise d’allergènes, comme des acariens ou du pollen) par voie sublinguale (comprimés à placer sous la langue).

Cette belle entreprise d’environ 1 000 salariés était très stable et connaissait une croissance régulière du chiffre d’affaires et des profits (et donc du cours de bourse et des dividendes).

Dividendes Stallergenes
Dividendes distribués chaque année par Stallergenes

Jusqu’à ce que deux événements majeurs se produisent et entraînent le cours de l’action au tapis.

En 2015, l’entreprise a fusionné avec l’américain Greer pour donner naissance à Stallergenes Greer. Ce rapprochement avait du sens car les entreprises sont plutôt complémentaires (Greer est présent aux USA, Stallergenes surtout en Europe) mais la parité de fusion était assez peu favorable aux actionnaires minoritaires de Stallergenes (Ares Allergy détenait 77% de Stallergenes et 100% de Greer avant la fusion).
Mais surtout, la mise en place d’un nouveau système informatique au cours de l’été 2015 sur le site d’Antony a conduit à des erreurs dans la livraison de produits. Ces problèmes de logistique ont conduit au blocage de la quasi totalité des activités de production et de distribution des produits pharmaceutiques et principes actifs de Stallergenes  par l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament) en novembre 2015.  Le laboratoire danois ALK en a profité pour prendre des parts de marché à Stallergenes.

Sans surprise, les résultats 2015 étaient en perte de 8,8 millions d’euros à comparer à un bénéfice de 47,6 millions d’euros en 2014.

Conséquence logique de tous ces problèmes, le cours de l’action Stallergenes Greer s’est littéralement effondré à 22 euros alors que le cours oscillait autour des 50-60 euros depuis plusieurs années (Wendel a cédé 46% du capital de Stallergenes à Ares Life Sciences au prix de 59 euros l’action en 2010).

graph-stallergenes

Les résultats 2016 seront bien entendu désastreux puisque l’activité sur le site d’Antony n’a repris qu’au cours du mois de mars. Le groupe table sur un chiffre d’affaires compris entre 180 et 200 millions d’euros (contre 312 millions en 2014) et une perte opérationnelle significative pour l’année 2016 (perte d’exploitation de 58,5 millions d’euros au premier semestre 2016). Mais les choses sont en voie de normalisation, Stallergenes devrait récupérer une bonne partie de ses parts de marché en Europe (en 2017), continuer à se développer aux Etats-Unis et mettre sur le marché de nouveaux produits comme Actair en 2018 (traitement de l’allergie induite par les acariens). De plus, l’entreprise est solide puisqu’elle dispose de 84,9 millions d’euros de trésorerie pour une dette de seulement 15,6 millions d’euros.

Si tout se passe comme prévu, le cours de bourse du laboratoire devrait remonter dans les mois à venir. On peut viser dans un premier temps un cours de 40 ou 45 euros. L’action a d’ailleurs déjà repris quasiment 30% sur ses plus bas de juin 2016. Nous possédons des actions Stallergenes dans notre portefeuille Epargneur, nous conserverons nos actions mais sans nous renforcer pour des raisons d’équilibre du risque au sein de notre portefeuille. L’action est cotée à la bourse de Londres et éligible au PEA.

Une pensée sur “Stallergenes Greer, la fin du cauchemar ?

  • 12/01/2017 à 14:18
    Permalink

    Comme anticipé, l’action a continué de remonter, on est actuellement autour de 36 euros.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *